Décroissance : seule issue de l’économie

calculatrice

La décroissance n’est pas un frein à notre économie : elle en est le salut.

La croissance peut-elle se poursuivre indéfiniment ?

La plupart des économistes libéraux font l’hypothèse que la croissance et le développement peuvent être « durables », autrement dit se poursuivre sans entamer les capacités de bien-être des générations futures, misant sur les progrès techniques et les gains d’efficacité énergétique à venir. On ne sera alors pas forcément surpris de constater que les économistes libéraux ne prêtent pas une grande attention aux crises majeures : ils postulent non seulement la toute-puissance de l’innovation technologique, mais aussi l’autorégulation des marchés.

Au contraire, les partisans de l’écologie politique, de la « décroissance » ou les théoriciens de la régulation pensent que la croissance propre aux sociétés capitalistes est en train de buter sur des limites naturelles et humaines, sur l’épuisement des ressources non renouvelables auquel les avances techniques ne sauraient trouver des substituts suffisants ; et ce d’autant que les ressource naturelles et renouvelables et l’environnement en général connaissent des dégradations en partie irréversibles.

Lire la suite
felis eleifend nunc dapibus ut Aenean Donec mi, risus.