Reconnaissance de la place des femmes

Dispute conjugale

Le sujet de la reconnaissance de la place des femmes au sein de notre société est de plus en plus évoqué. Si des mesures ont été mesures ces dernières décennies dans le bon sens, toutes n’ont pas fait leur preuve et de nouvelles propositions sont encore nécessaires.

Le quota en tant que discrimination positive : une mesure équitable ?

La discrimination positive est un principe qui permet d’instituer des inégalités afin de promouvoir l’égalité. Il est étroitement lié au principe d’équité. Instaurer un quota en faveur des femmes, idée plutôt récente, peut être caractériser par certaines parties comme une des seules possibilités pour rétablir une égalité des chances des femmes d’accéder, notamment, aux mêmes postes de responsabilités que les hommes. C’est donc bien dans cet esprit que les dernières lois en faveur de la promotion des femmes au sein de la vie politique ainsi que dans les conseils d’administration des sociétés privées ont été prises.

Toutefois, des auteurs ont mis en avant la nuance à tirer de cette discrimination positive des quotas. C’est notamment ce sur quoi insistent Evalde MUTABAZI et Philippe PIERREi dans leur article Contre les quotas, sous couvert de discrimination positive ! . En effet, comment réagissent les hommes face à cette discrimination les empêchant, pour certains d’accéder à un poste qu’ils auraient mérité (suivant leurs diplôme); et laissez à la place des femmes prises pour leur sexe et non pour leurs compétences. Et, il est tout aussi légitime de se poser la même question en se positionnement du point de vue des femmes elles-même : comment voit-elle leur embauche en (grande) partie liée à cette politique des quotas ? Et qu’en est-il sur leur lieu de travail ? Etre perçu comme « privilégié » voire « différent » peut être parfois mal vécu pour les femmes. Cette discrimination positive, tout en étant d’une certaine manière légitime, peut créer des certaines formes de racismes. D’où la nécessité de mettre en place des alternatives  au quotas qui, tout en étant des discriminations positives pour les femmes, elle ne seraient pas négatives pour les hommes.

Lire la suite
0 Partages

Une réelle prise en compte du « vote blanc »

Urne

La prise en compte du vote blanc est désormais actée, mais il reste sans influence. Une revue de sa comptabilisation doit donc être pensée pour ce vote devienne utile, reconnu et ait un impact sur l’issue des élections.

Le vote blanc désormais comptabilisé, mais sans incidence sur l’élection

Le vote blanc consiste à déposer dans l’urne une enveloppe vide ou contenant un bulletin dépourvu de tout nom de candidat (ou de toute indication dans le cas d’un référendum). Ce type de vote indique une volonté de se démarquer du choix proposé par l’élection.

Le vote nul correspond à des bulletins déchirés ou annotés, qui ne peuvent pas être pris en compte dans les résultats de l’élection. Il est parfois difficile d’interpréter le sens d’un vote nul. L’électeur n’a pas forcément souhaité que son vote soit nul (il a cru, par exemple, qu’une mention manuscrite ajoutée n’aurait aucune incidence). Mais il arrive également que l’électeur ait volontairement déposé un bulletin nul pour manifester son opposition aux différents candidats et programmes présentés.

Lire la suite
0 Partages
elementum porta. suscipit Donec facilisis ante. Lorem velit, accumsan Donec libero felis