La simplification administrative a tué la solidarité

Sans cesse à la recherche de simplification administrative (et donc de rendement), nos élus ont à nouveau tué la solidarité entre français. En effet, de plus en plus de collectivités territoriales délaissent les agents chargés du contrôle des horodateurs et des tickets de stationnement au profit de nouveaux outils du numérique.

Lecteur de plaque d'immatriculation
Lecteur de plaque proposé par SIRAC

Gagnant ainsi sur la masse salariale (ce qui n’est pas un mal pour certaines d’entre elles qui ont embauché à tour de bras ces dernières années), le contrôle des droits de stationnement se pratique désormais à l’aide d’un lecteur de plaques d’immatriculation. Ce lecteur est installé sur un véhicule qui parcourt les rues et lit à la volée l’ensemble des plaques des véhicules rencontrés sur le bas côté (de vous à moi, je n’ai toujours pas compris comment étaient distingués les véhicules stationnés, donc soumis au droit de stationnement, et les véhicules simplement à l’arrêt, dispensés de cette taxe). Les premiers véhicules ont été mis en service à Lille, Strasbourg et bientôt à Paris.

De son côté l’usager doit enregistrer son véhicule (i.e. sa plaque d’immatriculation) sur une borne et payer son droit au stationnement.

Le temps où, lorsqu’il restait encore du temps sur le ticket de stationnement et que l’on cédait notre ticket à un autre usager par solidarité, est donc révolu.

Ainsi, la simplification administrative, par le biais de la recherche du profit et le progrès, a donc tué la solidarité entre automobilistes.

Venez débattre de vos idées et de votre point de vue sur notre forum !

Source : 20minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

nunc dolor et, elementum Nullam eget Curabitur ipsum consectetur non