Dons aux associations : majoration du crédit d’impôts

Groupe de travail

Afin de favoriser les dons aux associations, une majoration du crédit d’impôts associée serait une piste à privilégier.

En effet, la Fondation Abbé-Pierre table sur une baisse de 5 % des dons en 2018 et même les Restos du Cœur qui est l’une des associations que les Français plébiscitent, anticipe une baisse de 1,5 % des dons sur la même période.

Actuellement, le taux de déduction des impôts sur le revenu des dons faits aux associations, varie de 66% à 75% :

  • Pour les organismes d’intérêt général ou reconnu d’utilité publique : 66 % des sommes versées (dans la limite de dons représentant 20 % du revenu imposable)
  • Pour les organisme d’aide aux personnes en difficulté fournissant gratuitement des repas, des soins ou favorisant le logement : 75 % des sommes versées jusqu’à 536 €

Dans le cadre de nos propositions de réforme, nous proposons:

  • Pour la 1ère catégorie d’association, de porter le taux de déduction à 75%
  • Pour la 2nde catégorie, d’augmenter le taux de déduction à 90%, sans aucun plafond

Cette idée de majoration du crédit d’impôts pour favoriser les dons aux associations vous parait pertinente ? Alors, n’hésitez à les partager sur Facebook et Twitter en cliquant sur les liens ci-dessous et à prendre contact avec nous pour participer au mouvement !

Référence : article 200 du Code Général des Impôts
Source : 20minutes

0 Partages

Pression fiscale en France

image

La France, à défaut d’une économie florissante, continue à battre tous les records en matière de pression fiscale et sociale des contribuables.

En regardant le coût mensuel d’un salarié à une entreprise et en y ajoutant les impôts (impôts sur le revenu, taxes locales, TVA, taxes environnementales, etc.), on constate assez vite que plus de la moitié de nos ressources est engloutie par l’Etat.

C’est ce que confirme l’Institut Molinari qui, chaque année, donne la date à laquelle les contribuables sont libérés de leurs obligations fiscales et sociales. Selon l’Institut, nous caracolons en tête des pays les plus fiscalisés et taxés socialement d’Europe et ne sommes libérés de nos ponctions que le 27 juillet. Autrement dit, nous alimentons l’Etat et les organismes sociaux pendant presque sept mois de l’année et nous ne disposons réellement, pour notre usage personnel, que de cinq mois de revenus.

Lire la suite
0 Partages
leo in sem, consequat. eleifend fringilla adipiscing