Dématérialisation ameli.fr : retraite en danger

Assurance maladie

Contrairement à ce que vante le site ameli.fr, la dématérialisation n’a pas que des avantages et risque bien de mettre votre demande de retraite en danger.

Lors de votre future demande de pension, vous devrez justifier auprès de votre Caisse d’assurance retraite et de la santé au travail, de l’ensemble de vos salaires et autres prestations assimilables.

Dans cette dernière catégorie, on retrouve les indemnités journalières dont ont pu bénéficier les personnes en arrêt maladie.

Et c’est là que le bât blesse : si vous avez choisi d’ouvrir un compte ameli.fr pour profiter de la dématérialisation (à grand renfort de publicité, voire parfois contraint et forcé par la force des choses), vous ne recevez plus aucune information sous format papier de la part de l’assurance maladie.

Et vous a-t-on prévenu que les relevés d’indemnité journalières n’étaient disponibles sur votre compte internet que pendant 8 ans ?

Alors, en espérant qu’il ne soit pas trop tard, pensez à télécharger vos relevés, imprimez les et gardez les bien au chaud à côté de vous fiche de paie. Sinon votre caisse de retraite risque de vous annoncer qu’elle ne pourra pas prendre en compte ces indemnités pour le calcul de votre pension.

Ce qui sur le fond est vraiment un comble car aujourd’hui, la caisse primaire d’assurance maladie et la caisse régionale de retraite sont pilotées par une seule et même entité : la Caisse Nationale d’Assurance Maladie. Alors, à quand des échanges d’informations pour faciliter la vie des usagers ?

Un retraité en devenir averti en vaut deux, et vaut mieux s’y prendre assez tôt pour la dématérialisation via ameli.fr mettre votre retraite en danger.

Venez débattre de vos idées et de votre point de vue sur notre forum !

Source : ameli.fr

Déremboursement de l’homéopathie

Homéopathie

Suivant l’avis de la Haute Autorité de Santé, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a annoncé le déremboursement total de l’homéopathie à compter de 2021. Aujourd’hui remboursés à hauteur de 30% par la Sécurité sociale, ils passeront à un taux de 15% en 2020, avant d’être totalement déremboursés à partir de 2021.

Pourtant la mesure ne devrait permettre qu’une économie de 126,8 millions d’euros, sur les 20 milliards remboursés pour la totalité des médicaments (soit 0,63%).

Les Echos

Au-delà du simple déremboursement qui impactera sans conteste le porte-monnaie des français, il ne faut pas oublier que le prix d’un médicament déremboursé n’est plus plafonné par la Sécurité Sociale … autrement dit, on peut faire confiance aux officines pour augmenter le tarif et se faire une marge plus confortable.

Ce sont les laboratoires de médicaments conventionnels que se frottent les mains, car les patients souhaitant un traitement à moindre coût et n’ayant pas les moyens de continuer à s’offrir de l’homéopathie se verront prescrire de tels médicaments par leur médecin traitant.

A mettre perspective avec une étude de l’ANSES de 2011 qui a prouvé que l’eau potable contient parfois des traces de médicaments, un tel résultat soulevant le problème de risques liés à la consommation de l’eau du robinet … cela risque donc de pas s’améliorer.

Venez débattre de vos idées et de votre point de vue sur le déremboursement de l’homéopathie sur notre forum !

Sources : France Info, Les Echos, « Campagne nationale d’occurrence des résidus médicamenteux dans les eaux destinées à la consommation humaine », Anses, février 2011.

Vers une fonction publique de la santé

Vers une fonction publique de la santé

Constat

Un statut libéral moins attractif

Pourquoi une fonction publique de la santé ?

Depuis 2010, pour la première fois, le nombre de médecins généralistes libéraux diminue, tendance qui selon la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) devrait se prolonger jusqu’en 2025. À l’inverse, le nombre de médecins généralistes salariés augmente, mais seulement 5 % en 2016 exerçaient dans des centres de santé ce qui demeure insuffisant pour compenser la baisse des médecins libéraux.

À environnement politique constant, l’accès aux soins de premiers recours devrait donc être moins aisé dans les prochaines années. Ce phénomène peut être expliqué par les difficultés administratives et financières que relève le statut de libéral, contrairement à ce lui de salarié où l’ensemble de ces aspects est supporté par l’employeur.

Read more
0 Partages