La simplification administrative a tué la solidarité

Ticket de stationnement

Sans cesse à la recherche de simplification administrative (et donc de rendement), nos élus ont à nouveau tué la solidarité entre français. En effet, de plus en plus de collectivités territoriales délaissent les agents chargés du contrôle des horodateurs et des tickets de stationnement au profit de nouveaux outils du numérique.

Lecteur de plaque d'immatriculation
Lecteur de plaque proposé par SIRAC

Gagnant ainsi sur la masse salariale (ce qui n’est pas un mal pour certaines d’entre elles qui ont embauché à tour de bras ces dernières années), le contrôle des droits de stationnement se pratique désormais à l’aide d’un lecteur de plaques d’immatriculation. Ce lecteur est installé sur un véhicule qui parcourt les rues et lit à la volée l’ensemble des plaques des véhicules rencontrés sur le bas côté (de vous à moi, je n’ai toujours pas compris comment étaient distingués les véhicules stationnés, donc soumis au droit de stationnement, et les véhicules simplement à l’arrêt, dispensés de cette taxe). Les premiers véhicules ont été mis en service à Lille, Strasbourg et bientôt à Paris.

De son côté l’usager doit enregistrer son véhicule (i.e. sa plaque d’immatriculation) sur une borne et payer son droit au stationnement.

Le temps où, lorsqu’il restait encore du temps sur le ticket de stationnement et que l’on cédait notre ticket à un autre usager par solidarité, est donc révolu.

Ainsi, la simplification administrative, par le biais de la recherche du profit et le progrès, a donc tué la solidarité entre automobilistes.

Venez débattre de vos idées et de votre point de vue sur notre forum !

Source : 20minutes

Eco-taxe sur les billets d’avion

Aéroport

Ce mardi 9 juillet 2019, la ministre des transports, Elisabeth Borne, a annoncé la mise en place d’une eco-taxe sur les billets d’avion, qui ira de 1,50 euro à 18 euros, sur les billets (donc par passager) pour les vols au départ de la France à compter de 2020.

Encore une fois, c’est le consommateur qui devra mettre la main à la poche, sous couvert de la préservation de l’environnement.

Par ailleurs, on peut faire confiance aux compagnie aérienne pour augmenter au passage le prix des billets de plusieurs euros en plus de ces nouvelles taxes … pourquoi se priver de cet effet d’aubaine ?

Pourtant, une taxe environnementale a pour objet de faire changer les comportements pour pénaliser les moins vertueux. En l’espèce, cette mesure semble acceptable pour les vols internes, mais avons-nous d’autres choix pour franchir les mers et océans ?

Qui est partant pour un Paris / New-York en 15 jours en utilisant le train puis le bateau ?

Venez débattre de vos idées et de votre point de vue sur l’eco-taxe des billets d’avion sur notre forum !

Source : Le Monde

Malus sur les emballages plastiques : la taxe de trop ?

Ballot de platiques usagés

La secrétaire d’État à la transition écologique et solidaire, Brune Poirson, a annoncé dimanche 12 août, dans un entretien au Journal du dimanche, la mise en place d’un système de bonus-malus pour les emballages plastiques en 2019, pouvant aller jusqu’à 10 % du prix des produits. L’idée est que le consommateur, lors du choix de son produit, privilégie le produit a priori le moins cher, car non malussé par ce dispositif.

Malheureusement, dans beaucoup de société de conditionnement, le conteneur est sous-traité (hors Europe, bien souvent) pour des aspects économiques. Les fournisseurs devront alors s’adapter, ou disparaître au profit d’autres plus vertueux et sûrement plus chers. Car oui, n’oublions pas l’effet d’aubaine : ce producteur d’emballage vertueux va pouvoir augmenter ses prix grâce au gouvernement français.

Au final donc, encore une fois, la vache à lait sera le consommateur final, qui devra débourser plus cher pour son produit.

Mais M. Macron, pourquoi ne pas mettre en place un système vieux comme le monde, la consigne, en lieu et place d’un système de bonus-malus sur les emballages plastiques ?

Les avantages sont indéniables :

  • financé par le fournisseur d’emballage
  • retour de l’emballage (presque) assuré grâce à la consigne, donc objectif 100% de recyclés (verre + plastique)
  • fini les bouteilles en verres qui finissent dans les déchets banaux
  • moins de service de ramassage des ordures (car plus de ramassage des déchets recyclables) = économie

Où est passé le bon sens ?

Venez débattre de vos idées et de votre point de vue sur notre forum !

0 Partages

Pression fiscale en France

image

La France, à défaut d’une économie florissante, continue à battre tous les records en matière de pression fiscale et sociale des contribuables.

En regardant le coût mensuel d’un salarié à une entreprise et en y ajoutant les impôts (impôts sur le revenu, taxes locales, TVA, taxes environnementales, etc.), on constate assez vite que plus de la moitié de nos ressources est engloutie par l’Etat.

C’est ce que confirme l’Institut Molinari qui, chaque année, donne la date à laquelle les contribuables sont libérés de leurs obligations fiscales et sociales. Selon l’Institut, nous caracolons en tête des pays les plus fiscalisés et taxés socialement d’Europe et ne sommes libérés de nos ponctions que le 27 juillet. Autrement dit, nous alimentons l’Etat et les organismes sociaux pendant presque sept mois de l’année et nous ne disposons réellement, pour notre usage personnel, que de cinq mois de revenus.

Read more
0 Partages