Malus sur les emballages plastiques : la taxe de trop ?

Ballot de platiques usagés

La secrétaire d’État à la transition écologique et solidaire, Brune Poirson, a annoncé dimanche 12 août, dans un entretien au Journal du dimanche, la mise en place d’un système de bonus-malus pour les emballages plastiques en 2019, pouvant aller jusqu’à 10 % du prix des produits. L’idée est que le consommateur, lors du choix de son produit, privilégie le produit a priori le moins cher, car non malussé par ce dispositif.

Malheureusement, dans beaucoup de société de conditionnement, le conteneur est sous-traité (hors Europe, bien souvent) pour des aspects économiques. Les fournisseurs devront alors s’adapter, ou disparaître au profit d’autres plus vertueux et sûrement plus chers. Car oui, n’oublions pas l’effet d’aubaine : ce producteur d’emballage vertueux va pouvoir augmenter ses prix grâce au gouvernement français.

Au final donc, encore une fois, la vache à lait sera le consommateur final, qui devra débourser plus cher pour son produit.

Mais M. Macron, pourquoi ne pas mettre en place un système vieux comme le monde, la consigne, en lieu et place d’un système de bonus-malus sur les emballages plastiques ?

Les avantages sont indéniables :

  • financé par le fournisseur d’emballage
  • retour de l’emballage (presque) assuré grâce à la consigne, donc objectif 100% de recyclés (verre + plastique)
  • fini les bouteilles en verres qui finissent dans les déchets banaux
  • moins de service de ramassage des ordures (car plus de ramassage des déchets recyclables) = économie

Où est passé le bon sens ?

Venez débattre de vos idées et de votre point de vue sur notre forum !

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

suscipit sit nunc ut ante. dapibus vel, fringilla commodo Aenean